L'orage en randonnée

Sachant que le son se propage à 300 mètres et la lumière à 300’000 km par seconde, on peut évaluer la proximité de l’orage en fonction du temps écoulé entre l’éclaire et le tonnerre. La distance de l’orage (en mètres) égale le nombre de secondes entre l’éclaire et le tonnerre multiplié par 300 (la distance approximative de l'orage en kilomètres s'obtient en divisant le nombre de secondes par trois). La foudre correspond à une décharge électrique de courant alternatif de 100’000 volts et plus (le courant alternatif est plus dangereux que le courant continu).

Quels sont les signes précurseurs de l'orage ? Le limaces et les escargots sont sortis. Les mouches et autres insectes sont particulièrement nombreux et actifs. Les animaux (mammifères, oiseaux) sont nerveux et montrent des signes d'inquiétude. Les cumulonimbus (de gros nuages sombres) deviennent noirs.

Comment se protéger ? Quel comportement adopter en cas de danger de foudroiement ?

Le principe est "ne pas dépasser" (choisir une cuvette). Eteindre téléphone portable et radio. Eloigner tout objet métallique, perdre rapidement de l’altitude, puis essayer de trouver un lieu offrant la meilleure protection: De préférence non forêt, caché sous une proéminence rocheuse d’au moins 4 mètres de haut (la zone « protégée » est égale à la hauteur du rocher + 2 mètres. Dans ce cas éloignez-vous 2 mètres de la paroi car l’eau qui ruisselle est un bon vecteur d’électricité). Il ne faut pas se cacher dans une grotte que si celle-ci est suffisamment profonde pour que vous puissiez y entrer et vous y tenir accroupi, au fond, en vous éloignant le plus possible des parois et du plafond. Si en forêt: éloignez-vous le plus possible des troncs.

Éviter crêts et arbres isolés (le risque de foudroiement d’un arbre isolé en espace ouvert est 50 fois supérieur à celui d’un homme debout). Ne pas rester sur les sommets et les grandes étendues sans relief où notre silhouette serait une proéminence attirante. Se hâter mais ne point courir, le courant d’air occasionné par notre course pouvant canaliser les flux électriques. Ne pas s’adosser à un mur. Écartez-vous des lignes à haute tension. Écartez-vous de toute structure métallique. Un rocher isolé ne constitue pas une bonne protection car tout point saillant fonction comme un paratonnerre (c.-à-d. attire le tonnerre). En groupe, les personnes doivent être distantes de 3 mètres les unes des autres. S’isoler de la terre en s’asseyant sur son sac en position foetale ou couchée jambes repliées sous soi (éviter la position debout afin d’échapper au foudroiement direct). Les conducteurs d’électricité privilégiés sont l’humidité (éviter la base de rochers où l’eau coule) ainsi que les métaux (comme les câbles des passages assurés ou les clôtures). Se caché dans une voiture fermée (antenne rentrée) est une bonne protection.

Pour élargir le sujet à la vie quotidienne il faut savoir que chaque année une centaine de personnes sont foudroyées en France, une dizaine en meurent, les autres en conservent des séquelles (brûlures, troubles neurologiques) plus ou moins graves et durables. En Suisse on dénombre 5 décès par année de ces décharges électriques. Se réfugier dans une voiture est de bon conseil car la voiture est une bonne protection contre la foudre.

Il faut éviter de:
- téléphoner d’un téléphone fixe ou portable.
- circuler en vélo ou à moto.
- se baigner.
- s’abriter sous un parapluie.
- regarder la T.V. (débrancher là car il y a risque d’implosion).
- faire fonctionner une cuisinière électrique ou un lave-linge ou un ordinateur (l’idéal serait de couper le courant).

http://www.apfoudre.fr - apf = association protection foudre

Attention à la foudre

Avec l'arrivée de l'été, l'activité orageuse reprend, et avec elle le danger lié à la foudre. Les décès causés par la foudre en Suisse sont très rares : en moyenne 3 par année, un chiffre négligeable si on le compare par exemple au nombre de décès dus à la circulation routière.

Où tombe la foudre?

La foudre s'abat de préférence sur des points présentant une protubérance par rapport à l'environnant (arbres, tours, etc.). Dans un rayon d'environ 30 m du point d'impact, la zone est considérée comme dangereuse. Le matériau constituant l'objet exposé, par exemple le type d'arbre, n'est pas déterminant. Toutefois, les objets avec une bonne conductivité électrique seront privilégiés. Le foudroiement direct équivaut à une mort quasi-certaine, surtout si la décharge électrique passe à travers le corps par les vaisseaux sanguins jusqu'à la terre.

Foudroiement indirect, le champ électrique et la tension de pas

À partir du point d'impact de la foudre, un champ électrique se forme avec un fort gradient diminuant à mesure que l'on s'éloigne du point d'impact. Des cercles concentriques correspondant à des tensions égales entourent le point d'impact en raison de la résistance de la terre, il y a une différence notable de potentiel électrique entre les différents cercles. Par conséquent, si nous gardons les jambes écartées, chacun de nos pieds se trouveront à une tension différente, un courant électrique traversera ainsi notre corps. Le même phénomène peut se produire si nous touchons un mur ou un arbre avec la main. Nous sommes en danger dès qu'un courant traverse notre organisme en passant par la poitrine; il peut affecter même le cœur. L'effet du courant sur le système nerveux est susceptible de causer des contractions musculaires qui peuvent provoquer des spasmes.


Fig. 1 : évolution de la tension au sol près d'un monticule de pierre (ou n'importe quel élément) frappé par la foudre avec un fort gradient de potentiel électrique correspondant aux cercles plus ou moins concentriques. Avec les pieds rapprochés, on court un risque minimum de foudroiement indirect car un seul point touche la terre (C1), alors qu'il est plus important pour les personnes gardant les pieds écartés (C2). Les animaux sont les plus touchés car la distance entre leurs pattes est importante (C3).

Où chercher un abri ?

Les bons abris sont les suivants : maisons, bâtiments avec structure métallique, constructions avec des parois métalliques, voitures, wagons de train, cabines métalliques (cage de Faraday). Vous pouvez également trouver abri dans des cabanes, des bivouacs, des chapelles ou des granges (mais sans toucher les murs extérieurs), sous des fils à haute tension ou des câbles de téléphériques (mais pas à proximité de pylônes !) et dans une forêt constituée d'arbres de même hauteur. En l'absence de ces abris, vous pouvez vous protéger en se plaçant en position accroupie, avec les pieds joints dans les creux de terrain. Si vous êtes dans un groupe, ne touchez pas les autres personnes (tension de pas).


Fig. 2 : positions et lieux les plus risqués (no) et les moins risqués (si) en cas d'orages.

Endroits à risque

Sont à éviter les arbres isolés, le bord des forêts avec des arbres élevés ou des arbres avec des branches pendantes. Sont dangereux les endroits exposés tels que les crêtes, les tours, les pylônes, ainsi que les cours d'eau, les câbles et les via ferrata en montagne. Peuvent également être dangereux les piscines ou les lacs, surtout le long de la rive, les tentes sans protection, les bateaux avec des parties métalliques, les balustrades, etc.

Comportement en cas d'accident

Le courant, en passant à travers le corps peut affecter les organes internes. Outre les brûlures, le foudroiement peut agir sur le système nerveux central qui se caractérise par des troubles du rythme cardiaque, des crampes, de la paralysie ou d'autres troubles neurologiques. La mort par foudroiement survient en raison de la paralysie du centre respiratoire et par arrêt cardiaque. Il est donc indispensable de réanimer immédiatement par des massages cardiaques ou la respiration artificielle.

- Extrait de : "Il tempo in montagne", Giovanni Kappenberger, J. Kerkmann, Editions Zanichelli (traduction André-Charles Letestu, Olivier Duding).

Conséquences possibles - Comportement en cas d'orages

Couleur jaune

Rafales de vent supérieures à 75 Km/h.
Intensité de précipitations de plus de 25 mm/h.
Grêlons de plus de 20 mm de diamètre.

Il faut suivre l'évolution locale du temps, se tenir informé et adapter son comportement à la situation actuelle.

Couleur orange

Des crues soudaines sont possibles sur les cours d'eau.
Des arbres peuvent être renversés par le vent.
Des glissements de terrain sont à craindre dans les zones instables.
Des impacts de foudre et des dommages causés par la grêle sont possibles.
Les réseaux d'assainissement et les canalisations peuvent connaître des débordements soudains.
Des passages et parkings souterrains ainsi que des caves peuvent être inondés.
La circulation routière et ferroviaire ainsi que le trafic aérien peuvent être perturbés.
La circulation lacustre est rendue dangereuse en raison de brusques et très fortes rafales.

Il faut suivre l'évolution locale du temps, se tenir informé et adapter son comportement à la situation actuelle.
Se tenir éloigné des crêtes et des groupes d'arbres susceptibles d'être frappés par la foudre.
Eviter de s'engager sur les routes inondées. Si nécessaire, traverser ces zones très lentement.
Aux endroits où l'alimentation électrique est assurée par une ligne aérienne: Limiter l'utilisation du téléphone et des appareils électriques.
Se tenir éloigné des arbres ou des groupes d'arbres exposés au vent.
Eviter les promenades en forêt et les excursions en montagnes.
Rester éloigné des lits de ruisseaux et des zones à forte pente.
Limiter ses appels téléphoniques (coupure du réseau téléphonique).

Source : http://www.meteosuisse.admin.ch/web/fr/meteo/actualite_meteo - le website du Département fédéral de l'intérieur (DFI) - Office fédéral de météorologie et de climatologie MétéoSuisse

La foudre en montagne.

Source : les Alpes 8 2004 CAS (http://alpen.sac-cas.ch/html_f/archiv/2004/200408/af_2004_08_11.pdf)

Prévention et premiers secours

Les accidents dus à la foudre sont plutôt rares dans les Alpes suisses. Ils représentent à peine 1% de l'ensemble des accidents en montagne. Bien que la plupart n'aient pas d'issue mortelle, on compte néanmoins près de 1000 personnes tuées par la foudre chaque année dans le monde. Des mesures adéquates de prévention permettraient d'éviter un grand nombre d'accidents. Les commissions médicales de la CISA (Commission internationale de secours alpins) et de l'UIAA ont publié en 2004 des directives relatives à leur prévention et au traitement des personnes atteintes (Ken Zafren, Bruno Durrer, Jean-Pierre Herr, Hermann Brugger: Prevention and on-site treatment of lightning injuries in the mountains. Official guidelines of the International Commission for Mountain Emergency Medicine and the Medical Commission of the International Mountaineering and Climbing Federation (MedCom ICAR and MedCom UIAA); intended for physicians, paramedics and mountaineers. Ce document, en anglais uniquement, est disponible sur Internet aux adresses www.uiaa.ch et www.icar.org.)

Les orages de chaleur accompagnés d'éclairs se produisent essentiellement en été, le plus souvent l'après-midi ou en soirée. Les orages frontaux, eux, se déclenchent généralement devant un front froid et ne dépendent pas d'une période particulière dans la journée. Des éclairs peuvent précéder de plusieurs kilomètres un orage frontal et tomber littéralement du ciel. Le début et la fin de l'orage sont les moments les plus dangereux.

Prévention

La prévention consiste d'abord à organiser la course en faisant preuve de sens des responsabilités, particulièrement en tenant compte des bulletins météorologiques. En été, le départ doit se faire aux premières heures, de manière à ne pas être exposé à la foudre sur les arêtes et les sommets et à revenir le plus tôt possible à la cabane. Une règle particulièrement utile est celle du "30-30": il y a danger dès qu'on peut compter jusqu'à 30 (soit une distance de 30X330 m= env. 10 Km) entre le moment où l'on voit l'éclair et celui où l'on entend le tonnerre. Par ailleurs, il ne faut quitter la zone sûre que 30 minutes après le dernier éclair ou coup de tonnerre. Il n'est pas toujours simple, en montagne, de trouver un endroit sûr en temps voulu. S'il y a risque de foudre, les arêtes, les sommets, mais aussi les arbres et les pylônes de lignes électriques ou de remontées mécaniques doivent être évités. Les cabanes offrent une certaine sécurité pour autant que l'on ne se tienne pas près de portes ou de fenêtres ouvertes. Les petits abris ouverts sont moins sûrs puisque les courants de sol peuvent les traverser. Les tentes ne sont pas sûres non plus en raison des mâts ou des piquets dressés sortant à l'extérieur. Les cavités et les failles sèches et profondes sont plus sûres que les petites grottes humides et les couloirs récoltant l'eau. Les glaciers plats sont aussi dangereux que toutes les surfaces ouvertes. A proximité d'une paroi, il y a un triangle de sécurité constitué par la hauteur de la paroi et une base au sol équivalente à cette hauteur. Il s'agit toutefois de se tenir au moins à un, voire deux mètres du pied de la paroi pour éviter les courants de sol. La position la plus sûre consiste à s'accroupir, en tenant les jambes repliées contre soi, avec aussi peu de contact que possible avec le sol, cela pour éviter la commotion ou l'électrocution par une "tension de pas" créée par les courants de terre. Une sécurité supplémentaire peut être obtenue en s'asseyant sur un sac à dos ou une corde sèche. Eviter absolument de se coucher. Le casque protège des chocs en cas d'éjection ou de chute. Un auto-assurage permanent est indispensable, tout particulièrement lors de rappels. Tous les objets qui dépassent le niveau des épaules, comme les skis, les bâtons, les piolets ou les antennes de radio augmentent le risque d'être frappé directement par la foudre. Le métal, en tant que tel, n'attire pas la foudre: il n'est qu'un bon conducteur d'électricité. C'est pourquoi il ne faudrait pas laisser des objets en métal tels que des mousquetons, coinceurs, piolets, les skis et bâtons de ski à proximité de soi, un contact avec le corps augmentant le risque de brûlures. Sur les via ferrata, il s'impose de s'éloigner le plus vite possible des éléments métalliques comme les câbles et les échelles et de poser des assurages dans le rocher avec des sangles. Attention aussi aux cordes mouillées qui peuvent conduire le courant libéré par la foudre. Si, en raison du champ d'électricité statique, les cheveux se dressent et si l'on sent des picotements sur la peau, il faut tout de suite se mettre dans la position accroupie. Les bruits tels que les petits craquements, les "chants d'abeilles" ou les "étincelles" dites feux de Saint-Elme sont le signe d'un danger imminent de foudre. Pour éviter que les batteries de téléphones portables et des postes émetteurs-récepteurs de radio ne se déchargent, mieux vaut les placer tout au fond du sac à dos. Si un groupe de personnes est menacé par la foudre, il convient, dans la mesure du possible, de mettre entre les gens une distance de sécurité afin de réduire les risques de courants de sol et d'arcs électriques. Pour les manifestations sportives collectives en montagne, il s'agit d'appliquer la règle du "30-30" afin de pouvoir interrompre la manifestation avant que le danger de foudre ne soit manifeste.

Mécanismes

La foudre est une décharge électrique avec un courant très élevé mais de très courte durée. Les dommages sont provoqués par le passage du courant électrique et la chaleur qu'induit son passage. La survie est rare lorsque la foudre frappe directement la victime, cela en raison de la très forte dissipation d'énergie. Le foudroiement indirect est beaucoup plus fréquent. La foudre ayant frappé un objet, un arbre par exemple, elle va chercher le chemin de moindre résistance pour atteindre le sol et "sauter" par le biais d'un arc vers la personne qui se trouve à proximité et s'écouler dans son corps. Le foudroiement "par toucher" est également un foudroiement indirect. Il provient d'un contact avec un objet électriquement conducteur, comme une corde mouillée ou les éléments métalliques d'une via ferrata. Si le courant se répand dans le sol et que différentes parties du corps sont reliées à la terre - par exemple: pieds écartés, mains sur un assurage -, des blessures peuvent être provoquées par le courant dû à la différence de potentiel entre les points de contact. L'onde de choc engendrée par l'éclair ou la contraction des muscles entraînée par le champ électrique peuvent provoquer des chutes et donc des blessures d'origine mécanique. La plupart des cas mortels sont dus à des arrêts cardiaques. Les personnes sans connaissance avec des paralysies, des surdités ou des cécités temporaires ont de bonnes chances de survie. Les marques d'entrée et de sortie du courant sur le corps sont en général des brûlures profondes; dans les autres cas, les brûlures sont superficielles en raison de la brève durée du passage. Les marbrures typiques sur la peau, après un coup de foudre, ne sont pas des brûlures mais des marques provoquées par le champ électrique.

Premiers secours

Les premiers secours en cas de coup de foudre se résument à ceux que l'on porte habituellement aux compagnons de course, car l'organisation de secours par les airs est rarement possible avant la fin de l'orage. Les soins à donner immédiatement sont ceux des premiers secours. Les victimes doivent être retirées le plus vite possible de la zone de danger, car la foudre peut frapper deux fois au même endroit. Il faut également éviter qu'un second accident ne se produise. Comme les victimes présentant un arrêt respiratoire et circulatoire ont une bonne chance de survie, ce sont elles qu'il faut ranimer en priorité. Les pupilles dilatées qui ne réagissent pas à la lumière ne sont pas, lors d'accidents dus à la foudre, des signes fiables d'un traumatisme cérébral. On connaît des cas de victimes qui ont survécu sans séquelles après une réanimation de longue durée. Les patients inconscients sont surveillés après mise en position latérale de sécurité. Les blessures et les brûlures sont traitées et pansées selon les règles habituelles (cf. cours de samaritain). Une protection contre le refroidissement est toujours indiquée en montagne, surtout lorsque les habits sont mouillés. Même les personnes légèrement touchées par la foudre devraient être amenées à l'hôpital pour y subir un contrôle. Bruno Durrer, MedCom UIAA, Lauterbrunnen (trad.)

Lightning. Source = http://www.hikingdude.com

When you're out hiking, you're at the mercy of nature for everything you didn't properly prepare for and for every little curveball thrown your way. Sudden storms, wild animals, rock slides, and flash floods are all examples of surprises that may pop up with little or no warning. You need to have a plan to deal with the most probable challenges and then good sense and skills to deal with anything else.

Lightning is one such surprise that you may experience. I love lightning! It is sooo cool to see the power of nature in such an intense instance of energy. Thunderheads in the far distance with bolts of lightning striking under them are an amazing site. Knowing when to enjoy the show and when to seek shelter is the difference between fun and misery.

Lightning Safety

There are actually very few people struck by lightning while hiking, although around 70 people are killed in the US each year by lightning. If you stay alert and play it safe, you'll be just fine. You have the responsibility to act appropriately when threatened by lightning - there will be no warning sirens or announcements out on the trail.

Keeping an eye and ear tuned to possible lightning is important. You can determine the threat of lightning:

1) Check weather reports before starting a hike. If storms are expected, be more vigilant. If nothing but blue skies are expected, relax a bit.
2) Understand the general weather patterns for the area and season. In mountains, storms typically form in the afternoon so plan an early morning hike with the ability to get off the mountain quickly after lunch.
3) Watch the horizon for cloud formation. Scan the horizon every 15 minutes or so and notice any clouds building.
4) Watch distant clouds for lightning. If a cloud looks ominous or you see flashes, have your escape or safety plan ready and make sure everyone in your group understands it.
5) Listen for thunder. Depending on wind, terrain, and distance, you may not hear thunder until lightning is already dangerously close. If you do hear thunder, you should be at or on your way to shelter.
6) Determine the distance of lightning. If you see a lightning flash, count the seconds until you hear thunder. Divide the number of seconds by 5 to approximate the distance in miles.

30/30 Rule

Count the seconds from the lightning flash until thunder is heard. If it is less than 30 seconds, you should already be in shelter. Lightning can strike 6 miles away from the thunderhead, and occasionally even farther. If its less than 30 seconds and you are not at your shelter site, you need to take quick action.
Stay inside shelter until at least 30 minutes after hearing the last roll of thunder. This gives time for the storm to pass and minimizes your chance of being struck.

Avoiding Lightning Strikes

There is no completely safe place from lightning. Houses get hit, cars get hit, trees, animals, and people all get hit. But, minimizing your strike probability is the name of the game.
If there is an enclosed building nearby with plumbing and/or electric outlets, that makes the best shelter and you should retreat there. Picnic shelters and other open structures do not offer protection from lightning. If you are at the trailhead (point de départ), get in your car, roll up all the windows, and don't touch anything metal.

Assuming you are on a hike away from buildings when a lightning storm catches up with you, use these lightning safety guidelines:

1) Do NOT seek shelter under a picnic shelter, lone tree, or other object to keep you dry. It will attract lightning. The rain won't kill you so its better to be wet and alive than dry and dead.
2) Come down from high places. Seek a valley or depression in the terrain. Be careful of entering a drywash that may channel a flashflood from the rainstorm (Eviter d’entrer un passage sec (des rigoles) qui peut canaliser une crue soudaine de la pluie torrentielle).
3) Seek shelter in a low stand of trees. This will help keep you dry and not attract lightning.
4) If you are above treeline, seek shelter in the lowest area you can reach, preferably with large boulders (rochers) around so you can get some protection from driving rain behind some smaller boulders.
5) Put on your raingear and remove your backpack.
6) If you have a metal frame pack, leave it 100 feet from where you are seeking shelter.
7) If you have a hiking stick or poles, leave them with your pack.
8) Your group should not huddle (blottir) together. Instead, have each person find shelter about 100 feet apart. This minimizes the possibility of multiple casualties from a single strike.
9) If you are not able to get to any shelter, you need to become a small target and cross your fingers. Minimize your contact with the ground and minimize your height. Crouching (s'accroupir) down on the balls of your feet placed close together with your head tucked (ranger) down is the recommended position. This position reduces your exposure and encourages any lightning strike to travel down your back and hopefully have less damage to vital organs. Lightning travels through the ground from the point of impact in random tendrils similar to tree roots. The smaller your footprint, the less chance there is of you being shocked from a nearby strike.
10) Cover your ears and close your eyes to protect from the intense noise and light of nearby strikes.

Lightning First Aid

Lightning is an extreme electric shock and has similar first aid requirements for burns and stopped heart.

1) Immediately after a close strike, do a headcount of everyone in your party having them call back to you that they are ok. If someone does not respond, go to their location. Only allow those you need to gather. Keep everyone else spread out since there is still danger of additional strikes.
2) There is no electrical residue after a strike. It is safe to touch someone that has been struck.
3) If there are multiple victims, prioritize care needed. A victim that is not breathing is highest priority. There is a relatively good chance of reviving a lightning victim with CPR.
4) Check for and give first aid for burns. Check around jewelry, buckles, and fingers and toes especially.
5) Treat for shock, keeping the victim warm and calm.
---------------------------------------------------------------------------------------------------
http://www.randonner-malin.com/savez-vous-quoi-faire-pour-eviter-la-foudre-en-randonnee/
La foudre = vidéo de 5 minutes.
chasseur d'orages - DL 24 juillet 2016
Règles de sécurité en cas d'orage - Coopération No 31, 2 août 2016
orage les bons reflexes


Sommaire